Blog

Le cheval arabe berbère : de l'antiquité à nos jours

Les chevaux du Ranch de Diabat, grâce auxquels vous pourrez vivre des expériences immergées dans la nature préservée d'Essaouira, sont de pure race arabo-berbère. Mais pourquoi s'appellent-ils ainsi ? Quelles sont leurs caractéristiques ?

Le cheval arabe berbère : de l'antiquité à nos jours
L'histoire du cheval Barbe Arabe
C'est un cheval originaire d'Afrique du Nord (Algérie, Maroc et Libye), au sang noble et enclin à la selle.
Un peuple qui continue aujourd'hui à élever des chevaux purs arabo-berbères sont les Touareg, un groupe ethnique vivant le long du désert du Sahara. Il semble qu'il ait été introduit en Europe vers le VIIIe siècle, avec les invasions mauresques.
L'Andalou et le Godolphin Barb sont issus du cheval arabo-berbère, à partir duquel le pur-sang anglais naîtra.

Grâce également à la Sorec (Société Royale d'Encouragement du Cheval), la race berbère poursuit son évolution dans les infrastructure équestre du Maroc.

Caractéristiques du cheval arabo-berbère

La hauteur du garrot varie entre 142 et 157 centimètres, avec un pelage qui peut être bai, bai foncé, châtain, noir ou gris. Il possède une tête longue, avec un front étroit et un profil droit. Les membres sont maigres mais forts, adaptés à la course. Sa particularité est sa résistance aux variations climatiques sévères et à la fatigue.

Dans l'antiquité

Le cheval Barbe Arabe commence à courir dans le désert du Sahara, avec les guerriers du néolithique : ils le représentent comme un cheval volant, rapide et léger.
Le Barbe à laissé sa marque dans la conquête de Carthage : la cavalerie numide chevauchait ces petits chevaux vigoureux. Ils montaient à cru, en leur commandaient que par leur voix, il n'y avait pas besoin de violence : les chevaux étaient rapides et doux, et obéissaient aux ordres de leurs maîtres.
La Tunisie était encore une province romaine et les Jeux Olympiques de toutes sortes étaient aimés et acclamés : des chevaux arabo-berbères couraient à l'intérieur de l'hippodrome de Carthage.

Selon l'émir Abd-El-Kadre, plusieurs siècles plus tard, le Barbe était tout sauf une dégénérescence du puissant Arabe : tout au plus une race supérieure.
En revanche, l'histoire des chevaux Barbe Arabe est extrêmement longue : en 1918, la cavalerie française d'Afrique s'est dotée de cette puissante race. Le général Juinot-Gambetta écrit : « Nos chevaux barbe sont admirables pour l'habileté avec laquelle ils abordent la terrible ascension. En effet, pour atteindre ce nœud ferroviaire derrière le front et empêcher la retraite de l'ennemi, les cavaliers devaient traverser un massif, d'où d'autres chevaux n'auraient pas pu sortir : une manœuvre audacieuse. »

De Tunisie, les chevaux arabes berbères ont ensuite été emmenés par Rommel, un officier de l'armée allemande, pendant la Seconde Guerre mondiale, qui les a utilisés pour atteindre les portes de Moscou.

Ou, du moins, c'est ce qu'on dit.

Chevaux Barbe Arabe au Ranch de Diabat

Les chevaux Barbe Arabe majestueux et énergiques font partie intégrante du Ranch de Diabat, centre équestre professionnel de la région d'Essaouira. Nos randonnées équestres et randonnées à travers la région permettent non seulement de vivre pleinement la nature et la sociabilité marocaines, mais aussi d'entrer en contact avec cet animal ancestral, dont les sabots ont sillonné non seulement ces régions, mais partout dans le monde depuis des siècles.
Facilement apprivoisés, légers et énergiques, ils peuvent galoper longtemps sans se fatiguer, résister à la chaleur du désert et aux pluies torrentielles. Ils ont vécu les guerres d'indépendance, le colonialisme et les guerres mondiales : ils sont toujours là, avec nous, sur leur terre, et ils courent en liberté dans leur habitat.

Javascript semble être désactivé dans les paramètres du navigateur.
Le site Web peut ne pas fonctionner correctement.